Bed close-new close-new Arrow Bed Facebook LinkedIn Night Phone Search mail Twitter

Samusocial

Dispositif d’urgence pour personnes sans-abri

La Logistique et la technique au Samusocial – plongez dans la salle des machines du dispositif d’aide aux sans-abris en région bruxelloise !

28/09/2017

Avec  478 places d’hébergement permanentes, et plus de 1200 places pendant l’hiver, le Samusocial est une « machine » qui nécessite une logistique fournie, soutenue par un service technique polyvalent. Sans ce service, le Samusocial ne pourrait servir 450.000 repas par an, déployer l’installation de dortoirs, cuisines, sanitaires… Ce service de « support » tourne grâce à 5 travailleurs temps plein.

Avec Emmanuel Canvat, coordinateur,  tour d’horizon des différentes tâches et missions qui permettent au Samusocial de fonctionner, au quotidien.

La logistique au Samusocial, c’est avant tout une question de gestion : gestion des stocks de matériel, des dons. Le tout est entreposé dans le hangar « Ullens », et redispatché en fonction des besoins dans les différents centres. Tout le matériel hivernal s’y trouve également.

Quant à la nourriture, c’est un prestataire extérieur qui livre tous les ingrédients nécessaires à la préparation des repas chauds, tant dans les 5 centres permanents que dans les centres  hivernaux du Samusocial.

 

 

 

 

 

 

 

La gestion des actions bénévoles revient également au service logistique. Le Samusocial ne fait jamais appel à des travailleurs bénévoles individuels. Le type d’actions prévues (peinture, tri de vêtements…) nécessite des groupes déjà constitués d’au moins 10 personnes. Cela convient donc parfaitement aux sociétés souhaitant réaliser des team-buildings à visée sociale. Le Samusocial accueillait ainsi récemment un groupe de salariés de la société Toyota, qui s’engageait à repeindre les chambres de notre centre d’accueil d’urgence du Petit Rempart.

 

 

 

 

 

 

Quant au service technique, sa principale mission relève du montage des différents centres, et tout particulièrement des centres hivernaux, qui sont à chaque fois rééquipés. La partie « électricité et plomberie » est la plus délicate : il faut tout installer ou vérifier la viabilité des installations existantes. Cela va des sanitaires aux cuisines : électricité et branchements, eau, chauffage…Des mises aux normes sont parfois à prévoir.
Les travaux de construction représentent une autre part importante du travail : assainissement des sols (retrait moquette), installation des lits…et mise en place des locaux pour le personnel du Samusocial  (bureaux des assistants sociaux, cabinets médicaux etc).

 

 

 

 

 

 

Au quotidien et de manière générale (toute l’année), le service technique s’occupe également de la maintenance des bâtiments du Samusocial. «Hors planification hivernale, cette gestion quotidienne s’organise à court terme : les travailleurs sociaux indiquent dans leurs rapports les éléments défectueux à remplacer, nous nous en occupons au fur et à mesure et en fonction du degré de priorité. On s’occupe des réparations nécessaires, et si cela dépasse nos compétences, on fait appel  à des spécialistes (plombiers, chauffagistes…) ». Le service répond aussi aux demandes ponctuelles de construction. « Je pense aux travaux de clôture de la cour du Centre familles à Woluwé, il fallait assurer la sécurité des enfants. »

 

 

 

 

 

 

Emmanuel a également une lourde responsabilité : il coordonne la gestion de la sécurité technique des bâtiments, entendez par là le bon fonctionnement de la détection incendie ainsi que les autorisations d’habitation par les pompiers.

Et puis, last but not least, il existe une réalité au Samusocial : la gestion des nuisibles et de certaines maladies parasitaires. Certes peu glamour, mais nécessaire. « Les punaises font une grande réapparition. Ce n’est pas qu’au niveau du Samusocial, c’est un phénomène mondial. La société de désinfection avec laquelle nous travaillons me disait récemment qu’il n’est pas rare de trouver des punaises dans des hôtels étoilés. C’est important de le dire, il ne faudrait pas penser que seul notre public est véhiculaire de ces insectes. S’en débarrasser est un vrai challenge, il faut désinfecter les chambres, les literies, les vêtements. La promiscuité dans les centres hivernaux ne nous facilite pas la tâche.  Il en va de même avec la gale. Il  faut isoler les personnes atteintes, c’est extrêmement contagieux, » explique Emmanuel. « Il arrive également que nous devions dératiser nos centres. Oui, cela arrive, les rats sont présents dans nos grandes villes »

Mais comment s’articule le travail entre services technique et logistique ?

« Au Samusocial, ce sont les saisons qui guident les priorités. Mais toute l’année,  on travaille en harmonie, on discute entre nous. L’ambiance est familiale. Ce que j’aime le plus, c’est la variété des activités : le lundi, on ne sait jamais ce qui nous attend le reste de la semaine ! » sourit Emmanuel.
On le croit sur parole !

EN SAVOIR PLUS? 

Rencontre avec Carlos, technicien au Samusocial 

close

Newsletter

Notre newsletter vous informe des dernières nouvelles du Samusocial. Trimestrielle et gratuite, vous la recevez directement dans votre boîte mail. Vous pouvez bien sûr vous désinscrire à tout moment. Intéressé(e)? Laissez-nous votre adresse mail !