Bed close-new close-new Arrow Bed Facebook LinkedIn Night Phone Search mail Twitter

Samusocial

Dispositif d’urgence pour personnes sans-abri

Femmes victimes de violences : accueillir, soutenir, accompagner, orienter

25/11/2019

25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. 

Parmi ces violences, les violences conjugales tiennent une place prédominante.
Si le Samusocial se tient à une politique d’accueil prioritaire pour les femmes (considérées comme un public particulièrement vulnérable), c’est encore plus vrai pour les femmes victimes de violences conjugales : leur accueil au Samusocial est inconditionnel, accessible 24/24 et bien entendu confidentiel. Elles bénéficient d’un soutien psychosocial renforcé. Sur 957 femmes seules accueillies en 2018 dans nos différents centres, plus de 200 étaient victimes de violences conjugales.

 

 

 

 

 

 

Ce public fragile nécessite une approche psycho-médico-sociale spécifique, et ce dès son arrivée au Samusocial. La première préoccupation de nos équipes est d’assurer la mise à l’abri et en sécurité de la personne, de la soutenir moralement et de l’aider ensuite à mener les démarches qui s’imposent. A-t-elle déclaré les faits ? A-t-elle porté plainte à la Police ?

Lorsque la victime n’a pas porté plainte mais souhaite le faire, elle est accompagnée par un membre de l’équipe à la Police, qui orientera ensuite la victime vers l’hôpital, où un médecin constatera les coups et blessures.
Les femmes dépendantes financièrement de leur conjoint ont ainsi la possibilité d’ouvrir un dossier au CPAS et d’accéder à certains revenus d’intégration sociale, les rendant ainsi plus autonomes.
Dans le cas où la victime ne souhaite pas porter plainte, nos équipes l’informent sur ses droits administratifs et familiaux. Dans ce cas de figure, nos équipes accompagnent la maman, notamment dans les démarches qui doivent être menées afin qu’elle puisse conserver la garde des enfants.

Après avoir séjourné dans notre dispositif d’accueil d’urgence, les femmes en situation régulière sur le territoire seront pour la plupart orientées vers un Centre de Prévention des Violences Conjugales et Familiales, qui travaillera à leur accompagnement vers des structures d’hébergement à plus long terme, comme par exemple les maisons d’accueil. Malheureusement, les places y restent très limitées et un part importante des femmes accueillies au Samusocial n’est pas en situation régulière : nos équipes activent alors tous les leviers existants qui permettront in fine de régulariser la situation de la victime, et permettre ainsi son orientation vers des solutions d’hébergement durables et dignes.

“Une étude de 2014* montre qu’une femme quitte en moyenne 7 ou 8 fois son conjoint avant de le quitter définitivement*. L’expérience nous montre que les périodes de vacances scolaires ou de fêtes de fin d’année correspondent à des arrivées en plus grand nombre de femmes victimes de violences conjugales, ” explique Mélissa N’Guessan, Référente sociale.

Les équipes ont à coeur d’inviter les femmes hébergées dans nos centres à prendre part à des moments “bien-être” ou à des espaces de parole autour d’une thématique spécifique :  autant d’occasions pour les femmes, qu’elles soient victimes de violences ou non, d’aborder des sujets parfois délicats, souvent difficiles, dans l’atmosphère plus intime d’une parenthèse entre femmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Paradis, F., Levaque, R., Théorêt, J. et Langlois, L. (2004). Intervention auprès des victimes de violence conjugale. Trousse de formation à l’intention des médecins en médecine familiale (2 e édition).

close

Newsletter

Ces informations seront uniquement utilisées pour envoi de la Newsletter à l'adresse indiquée.