Bed close-new close-new Arrow Bed Facebook LinkedIn Night Phone Search mail Twitter

Samusocial

Dispositif d’urgence pour personnes sans-abri

M.Khalouani*, hébergé au Samusocial et en attente d’un logement adapté

28/10/2019

Voilà 7 mois que M. Khalouani est hébergé au Samusocial. Ce Belge d’origine marocaine souffre d’une maladie neurologique qui affecte lourdement la mobilité de ses jambes. S’il ne pensait pas faire un jour appel à nos services, un tournant de vie l’y a amené. Volontaire et déterminé, il met à profit son passage dans notre centre d’accueil pour préparer avec notre équipe d’accompagnement son retour en logement et sur le marché du travail. Rencontre.

Dès la première poignée de main, son dynamisme surprend. Malgré le handicap moteur qui touche ses jambes, M.Khalouani se déplace avec une étonnante souplesse et rapidité.  Le même engouement le porte lorsqu’il s’agit de raconter son histoire, peu commune.

Comme ses frères et sœurs, M.Khalouani est né en Belgique, de parents marocains. « Ils sont arrivés en Belgique en 1963, au moment du plein-emploi. Ils ont décidé de fonder leur famille ici », explique-t-il, un brin nostalgique. Handicapé de naissance, sa situation est reconnue officiellement en 1996, ce qui lui donne droit à une allocation. Depuis 15 ans, il vit avec son frère aîné.
Ce dernier est marié à une Marocaine restée au pays. Malgré les allers-retours, le mariage bat de l’aile, il divorce. Commence alors la descente aux enfers. « Mon frère n’a pas supporté. Il s’est mis à boire et à se droguer. Il a perdu son boulot. Il a commencé à me battre, pour un oui, pour un non. Il m’insultait, j’étais sa ‘chose’, un moins que rien. J’en ai parlé à nos parents, mais ils ne voulaient rien savoir : ils disaient que nous devions régler ça entre nous, que nous étions des adultes. Un jour, je me suis réveillé, avec la volonté de reprendre le contrôle. J’ai porté plainte. J’ai dit que je ne voulais plus vivre avec lui.»

Ce jour d’avril 2019 où M.Khalouani se rend à la police, le CPAS prend le relais. Le soir-même, il obtient une place au centre d’accueil d’urgence « Poincaré ». « Au début, c’était un peu dur. Du jour au lendemain, vous changez de vie…Et puis, il y a parfois des hébergés qui sont à cran », confie-t-il. Avec la crise d’infestation de punaises qu’a connue le bâtiment, tous les hébergés sont transférés vers le centre d’accueil du Petit Rempart. « J’ai de la chance, je suis dans une chambre avec deux lits. Je suis en report, cela signifie que je ne dois pas téléphoner tous les jours, ma place est réservée.
En plus, je peux rester en journée ! Je trouve que je suis privilégié par rapport aux gens qui sont dans la rue. Pour moi, le lien social ne s’est pas cassé. »

 

Quel avenir pour M.Khalouani ? « J’ai un projet ! » s’exclame-t-il. « D’abord, je vais obtenir un logement adapté. Les équipes d’accompagnement du Samusocial font les démarchez en ce sens. Je sais que je pourrai rester au Samusocial d’ici-là, et c’est une chance car cela peut durer encore un peu…un an, un an et demi peut-être. Cela ne me dérange pas, je me sens bien ici. Et puis, ensuite, je pourrai me réinsérer sur le marché de l’emploi. Vous savez, j’avais un moment perdu espoir… J’avais déjà eu 3 emplois « aidés », mais cela n’a pas marché. Je travaillais dans le conditionnement, je mettais des articles dans des boîtes, je pliais, je collais…mais je suis trop lent avec mes mains à cause de ma maladie neurologique. Il y avait même des aveugles qui s’en sortaient mieux que moi…Mais cette fois, je vais trouver quelque chose de réellement adapté à mon cas. J’aimerais être standardiste. Je suis une personne sociable, j’aime aller vers les autres. Sinon, je pourrais aussi faire de la traduction ou de l’interprétariat arabe-français. »

Et qu’en est-il de la relation entre M.Khalouani et son frère ? « Avec son comportement, il risque de perdre son logement… il pourrait arriver au Samusocial…Je ne le lui souhaite pas, j’espère qu’il arrivera à se prendre en main. C’est mon frère, j’ai des sentiments pour lui ! Je ne l’imagine vraiment pas dormir sur un trottoir…»

M.Khalouani étant particulièrement vulnérable et dans une démarche d’insertion, il restera hébergé jusqu’à ce qu’une orientation de sortie de rue adaptée à sa situation de handicap soit trouvée. 

*Nom d’emprunt

close

Newsletter

Ces informations seront uniquement utilisées pour envoi de la Newsletter à l'adresse indiquée.