Bed close-new close-new Arrow Bed Facebook LinkedIn Night Phone Search mail Twitter

Samusocial

Dispositif d’urgence pour personnes sans-abri

Maxime, 23 ans, emménage en appartement privé

21/02/2020

La région bruxelloise compte toujours plus de personnes sans abri. Si la majorité est assez âgée, un quart d’entre eux a moins de 25 ans (La Strada, 2018). Parmi ces jeunes, il y a Maxime, 23 ans. Rencontré en soirée par nos équipes mobiles, Maxime vit à présent dans son propre logement. Il est suivi par les équipes du StepForward, le programme “Housing First” du Samusocial dédié aux jeunes de 18 à 25 ans présentant des problèmes psychologiques et/ou souffrant d’assuétudes. En trouvant tout d’abord un logement à ces jeunes en errance, l’objectif du programme est d’accompagner pas-à-pas le jeune tout au long de sa réinsertion sociale.

Maxime est encore jeune lorsqu’il perd ses parents dans un accident de voiture. Seul et sans solution d’hébergement, il quitte Tournai, sa ville natale, pour tenter sa chance à Bruxelles. Un soir de décembre 2015, Maxime croise le chemin des équipes mobiles d’aide du Samusocial. Au cours des 4 années qui suivent, Maxime sera régulièrement suivi par la maraude, sans toutefois s’engager plus avant dans un projet de réinsertion. C’est en octobre 2019 que Maxime rejoindra finalement le projet StepForward. L’équipe se met alors à la recherche d’un logement individuel, qu’elle trouvera trois mois plus tard.
Nous avons suivi Maxime à l’occasion de son emménagement, première étape de sa nouvelle vie.

P1090110

Nous sommes le lundi 2 mars aux bureaux du StepForward : Maxime doit récupérer aujourd’hui les clefs de son appartement. 12h : on sonne à la porte. Damien, éducateur, va ouvrir. Maxime nous rejoint à l’étage, essoufflé. Il porte sur son épaule un grand sac de sport à la sangle cassée, débordant d’affaires : “Salut ! C’est bon, je ne suis pas en retard ?!”Non Maxime, tu es pile à l’heure !” , le rassure Damien. Maxime est soulagé : “Ouf, j’ai eu peur. Je t’ai dit que je viendrais dès que j’aurais pris ma méthadone, mais j’ai croisé l’équipe mobile d’aide ce matin et ils m’ont offert un café.” Maxime était toxicomane depuis plusieurs années. Il suit maintenant un traitement à base de méthadone pour stabiliser sa dépendance et réduire les risques liés à sa consommation : effets secondaires, proximité aux réseaux criminels … Damien le rassure : “Pas de problème, tu es à l’heure, c’est parfait. Je vais t’expliquer comment nous allons procéder aujourd’hui”. Maxime est euphorique à l’idée de rentrer en appartement. Malgré son hyperactivité, Damien essaye de capter son attention pour lui expliquer le programme de la journée. Aude, coordinatrice du programme, rentre dans les bureaux pour nous saluer, elle me regarde avec un grand sourire et me dit : “Maxime est en pleine forme aujourd’hui ! ça fait plaisir”.

P1090132

Il est à présent 13h, et nous voilà en route pour la première étape de la journée : l’agence immobilière sociale. Sur le trajet, Maxime nous livre quelques anecdotes sur sa vie en rue tout en saluant des passants. Maxime semble connaître tout le monde : “Salut Chef !” Il nous explique : “Lui, il est aussi sous ‘métha’, il est gentil. Elle, là-bas, je la connais aussi. Ça fait dix piges qu’elle vit en rue”. Une fois arrivé à l’agence immobilière, Maxime rencontre Sophie, agente immobilière. Elle est sa référente et s’occupera de son dossier tout au long de la procédure. Pour récupérer les clefs, Maxime doit signer une ‘Convention d’occupation de Logement de Transit’. Il signe un à un les nombreux documents tout en sympathisant avec l’équipe. Avant de quitter l’agence, Damien le regarde solennellement : “Félicitations Maxime. Je suis heureux de savoir que tu possèdes ton appartement à présent.”

P1090171P1090231

 

 

 

 

 

Sur le trajet du retour, Maxime multiplie les questions concernant l’appartement : “est-ce que je pourrai y rentrer quand je veux ? Une fois à 18h, une autre fois à 20h, comme si j’étais chez moi ?” “C’est chez toi Maxime !” lui répond Damien. Maxime insiste : “Ah bon, je peux ramener ma copine par exemple ?” Damien lui sourit et lui lance un regard insistant, l’air de lui faire comprendre qu’une fois de plus : il est chez lui. De retour aux bureaux, Maxime s’apprête à signer la Convention de StepForward. Cet accord implique les deux parties : le StepForward s’engage à lui fournir un logement avec contrat de bail à son nom, ainsi qu’un accompagnement éducatif, psychologique, administratif et médical. De son côté, Maxime s’engage à garder un contact direct téléphonique ou via visite avec l’équipe du Step, et à prévenir s’il y a un problème concernant le logement. Maxime signe sans hésiter : “Damien m’a tout expliqué, je ne vous laisserai pas tomber, promis”.
Il est temps de se rendre au centre d’hébergement d’urgence ‘Poincaré’ pour récupérer le reste de ses meubles.  Sofiane, également éducateur au sein du projet StepForward, nous a entre-temps rejoints. Le coffre est plein, nous voilà repartis. 

P1090251P1090272

Une fois à bon port, Maxime s’exclame en riant : “faites comme chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez moi !” Maxime peut enfin se poser et réfléchir à l’organisation de son chez-soi. Il ne tient pas en place. Cigarette au bec, il ne cesse de défaire ses colis : en guise de valises, Maxime n’a que des cabas et sacs poubelles, qui rapidement,  jonchent le sol de son appartement.  En pliant chacun de ses vêtements, il m’explique : “tu vois, tout ça, c’est ce que j’ai acheté ou récupéré tout au long de mon parcours”. Damien l’interpelle : “Maxime ! Pose-toi, on verra pour le rangement plus tard !” L’équipe donne encore quelques conseils à Maxime avant de lui dire au revoir, et en profite pour lui rappeler son rendez-vous du lendemain au CPAS. La guidance à domicile est enclenchée. Mais pour commencer, Maxime se réjouit de pouvoir prendre une douche bien chaude. Il doit se reposer.

IMG_1105

Maxime ne restera pas longtemps seul :  un membre du StepForward viendra régulièrement lui rendre visite pour le soutenir dans ses démarches administratives (domiciliation, accès aux soins), mais également pour l’accompagner dans l’organisation de son quotidien (gestion d’un budget, entretien du logement…)
Sensibilisation à la réduction des risques liés à sa consommation et suivi psychologique seront également mis en place à sa demande, sans oublier ainsi un accompagnement vers sa réinsertion professionnelle… Le programme est ambitieux.

Car obtenir un logement n’est pas une fin en soi : l’histoire de Maxime reflète l’importance d’un accompagnement complet et soutenu tout au long du processus de sortie de rue, et au-delà . En effet, l’objectif in fine est de l’accompagner dans la reconquête de son autonomie. La collaboration entre Maxime et les équipes du StepForward est loin d’être terminée.

close

Newsletter

Ces informations seront uniquement utilisées pour envoi de la Newsletter à l'adresse indiquée.