Bed close-new close-new Arrow Bed Facebook LinkedIn Night Phone Search mail Twitter

Samusocial

Dispositif d’urgence pour personnes sans-abri

Stéphane Heymans, un Président porteur de changement!

21/02/2020

D’abord Administrateur puis Président ad intérim et aujourd’hui Président, Stéphane Heymans est membre du Conseil d’administration (CA) du Samusocial depuis octobre 2017. Issu du secteur, Stéphane est familier des enjeux liés à la problématique de l’aide aux personnes sans abri.

De la tourmente à la stabilité.

C’est suite au scandale qui a touché notre Samusocial à l’été 2017 que le Conseil d’administration historique a été remplacé par un CA intérimaire en octobre : celui-ci est composé de gestionnaires, de personnes issues de la société civile, du secteur et de représentants des membres du gouvernement bruxellois. Stéphane Heymans est alors un des administrateurs issus du secteur en tant que Directeur des Opérations de Médecins du Monde. Christophe Happe, directeur de l’hôpital Jean Titeca, assure la présidence.
La mission principale de ce Conseil de transition est de remettre la bonne gouvernance au sein de la gestion de l’institution, d’assurer le suivi du transfert du Samusocial vers une structure de droit public et surtout de garantir la continuité du service d’aide auprès des personnes sans abri. Il était initialement prévu que ce CA intérimaire n’existe que pour une durée de six à huit mois. Il aura finalement « vécu » deux ans…deux ans pour parvenir à une nouvelle structure et une nouvelle gouvernance avec notamment l’entrée en fonction d’un nouveau Directeur général issu du secteur humanitaire, Sébastien.

En juillet 2019, un nouveau CA est constitué à la suite de la création de la nouvelle association, le New Samusocial.  Stéphane Heymans en assure la Présidence ad intérim, le temps que le nouveau gouvernement s’installe et désigne ses nouveaux représentants politiques. Au total, ce sont 6 mandataires publics et 5 membres de la société civile, issus du secteur sans abri ou indépendants, qui dirigent le nouveau Samusocial.
Stéphane Heymans est alors désigné Président pour une durée de 5 ans.

Entretien.

Stéphane, quel est le positionnement du CA quant à la redéfinition de la vision, des missions et des valeurs du Samusocial?

La réflexion est encore en cours, notamment via la revue organisationnelle, qui est en plein déploiement. Tout comme les équipes, le CA s’est prêté au jeu des « participative maps ». C’est un processus extrêmement important car la Vision, Missions et Valeurs sont la colonne vertébrale d’une association et constituent son identité : ensemble, nous définissons qui nous sommes, ce que nous voulons, et par extension, comment nous agissons.

Je suis très heureux d’accompagner cette réflexion.

Ce processus est donc en cours, mais on peut imaginer que le CA et son Président ont déjà des objectifs clairs quant à l’avenir du Samusocial ? Les jalons principaux sont déjà posés…

Oui, bien sûr ! En tant que Président, je défends 3 objectifs.

Le premier, c’est de continuer l’aide d’urgence et de conserver la réactivité et la flexibilité du Samusocial, qui sont sa plus grande force. Cela doit s’accompagner d’un travail continu sur la qualité de l’accueil proposé. Il nous faut mieux accompagner certains groupes de population que nous accueillons.  Je pense tout particulièrement aux différents types de vulnérabilités que nous rencontrons ainsi qu’à tout ce qui relève des problématiques de santé mentale. Nous devons travailler sur la connaissance de notre public, en développant pour ce faire des dispositifs innovants.

Un second objectif est de poursuivre l’important travail amorcé quant à l’amélioration des modes de gestion permettant une bonne gouvernance : contrôle interne, respect des marchés publics, analyse des risques et appels d’offre sont autant de mécanismes clairs et transparents auxquels nous sommes désormais soumis.
Une amélioration de la gestion conduit inexorablement à un meilleur pilotage des opérations et à une analyse plus fine des données « qualitatives » (profils des personnes-vulnérabilités-barrières rencontrées dans le travail d’accompagnement). Notre reporting sera ainsi d’autant plus proche de notre réalité, ce qui nous permettra une collaboration privilégiée avec le secteur (Bruss’Help notamment), que nous devons « nourrir ». Et, en un cercle vertueux, notre qualité de l’accueil ne peut que s’en trouver améliorée, à plus long terme.
Le mode de gestion doit aussi être davantage en lien avec le secteur. Le partenariat et la complémentarité doivent devenir un leitmotiv opérationnel. La problématique du sans-abrisme est complexe et nous avons besoin de tous pour parvenir à une réponse concertée.

Enfin, et ceci davantage en ma fonction de Président, je souhaite « faire vivre » ce nouveau CA. Il s’agit de parvenir à créer une cohésion pour défendre les intérêts de l’organisation, avec la richesse des points de vue de chacun. Et pour créer une adhésion à l’institution, il faut savoir « qui » est le Samusocial. La formalisation des missions/vision/valeurs est en ce sens indispensable. On s’en approche.

Je trouve très intéressant d’occuper le poste de Président en ces moments de réflexion profonde : nous vivons une période de reconstruction, portée par une forte énergie positive.

Stéphane, tu es désormais notre Président pour une durée de 5 ans…quel regard portes-tu sur ton mandat ?

Le poste de Président va statutairement à la société civile ou indépendante. J’étais donc un candidat légitime, en tant que Directeur des Opérations de Médecins du Monde.  Et puis, il n’y avait pas d’autres candidats à la présidence. » (rires). Le CA est maintenant stable pour une durée de 5 ans avec une équipe diversifiée en termes de genre, linguistique et politique mais aussi en termes de compétences. Je pense que ce Conseil va pouvoir jouer un rôle important dans la phase de reconstruction de l’institution, en soutien avec la direction.

Que ce soit l’ancienne ou la nouvelle structure, je suis fier d’être le Président de cette organisation à l’identité forte. Le Samusocial est exceptionnel de par les gens qui le composent, leur engagement, leurs motivations et la proximité avec le public exclus. Pour ma part, c’est un engagement institutionnel et personnel assumé avec grand plaisir. 

close

Newsletter

Ces informations seront uniquement utilisées pour envoi de la Newsletter à l'adresse indiquée.