L’accompagnement des demandeur·euse·s de protection internationale

Toute personne arrivée en Belgique ayant réalisé une demande d’asile et sollicitant la protection internationale des autorités belges est considérée comme ayant le statut de demandeur·euse de protection internationale. Selon la loi belge, ces personnes doivent donc être accompagnées le temps de la procédure et être hébergées. 

Ce public est réparti en 4 catégories selon la composition familiale : hommes seuls ; femmes seules ; familles ; Mineur·e·s Etranger·ére·s Non Accompagné·es (MENA). Les critères d’admission sont encadrés par la loi du 12 janvier 2007 sur l’accueil des demandeur·euse·s d’asile et d’autres catégories d’étranger·ère·s. 

Si la demande d’asile est acceptée, ils relèvent alors du régime de droit commun.

Si la demande d’asile est définitivement refusée, ils reçoivent un Ordre de Quitter le Territoire (OQT) et peuvent se retrouver dans une situation irrégulière s’ils décident de rester en Belgique.

Dans n’importe quelle situation, ils pourront potentiellement être accueillis dans des centres d’hébergement d’urgence s’ils n’ont pas d’autre solution.

 

Au sein des centres du Samusocial, les résident·e·s bénéficient d’un accompagnement : 

  • Social : suivi administratif des dossiers, information et orientation des bénéficiaires vers les services compétents. 
  • Juridique : l’accompagnement a pour but l’ouverture de droits, la recherche de solutions adaptées et l’orientation vers des solutions d’insertion. Durant cet accompagnement, l’autonomisation des bénéficiaires sera tant que possible encouragée dans les démarches et la définition du projet, notamment par l’aide à la compréhension de l’environnement socio-sanitaire et administratif.
  • Médical : mise en place de créneaux de permanence médicales deux fois par semaine avec la présence d’un médecin généraliste. L’infirmerie est accessible sans RdV en dehors des permanences.